L’ASSOCIATION CLSF

concepteurs Lumière Sans Frontières (cLSF) est une association loi 1901 à but humanitaire créée en 2007

Objet

Promouvoir la conception lumière pour favoriser l’émergence d’un meilleur environnement nocturne (extérieur ou intérieur) dans une logique intégrée (mobilisation des ressources locales) en tout lieu de la planète qui sollicite les services de l’association.

La démarche

Processus

Les nouvelles missions viennent des membres qui sont à l’affut de besoins réels auprès de partenaires divers (villes et communes, fabricants, autres éclairagistes, associations, organismes privés ou publics).
Elles comprennent un travail à distance (travail de recherche, de développements effectués par les membres concepteurs lumière « chez eux ») et une série de missions sur le terrain.
Les missions sur le terrain sont toujours de courte durée (une dizaine de jours maximum), par contre il peut y avoir un échange continu par Email ou Skype pour un suivi à plus long terme.
La mission peut durer ainsi de quelques mois à plusieurs années.
Les membres sont bénévoles, sauf lors de missions sur le terrain où ils reçoivent un défraiement minimum journalier.

Cadre opérationnel

1. Organisation de cours, d’ateliers, initiation de marches exploratoires nocturnes.
2. Impulsion d’un projet d’éclairage pour empiriquement parcourir les compétences à développer et le cadre méthodologique à définir dans le respect des contraintes locales.

Sans Frontières

Le concepteur lumière maîtrise la lumière naturelle et artificielle pour mettre en œuvre des éclairages pérennes dans les lieux de vie. Son métier vise à promouvoir un éclairage de qualité dans le cadre d’un développement durable.

Une intervention de type « sans frontières »

De nombreux professionnels se sont engagés depuis longtemps dans des actions humanitaires, dans les domaines de la santé (Médecins sans frontières), des médias (Reporters sans frontières), de l’énergie (Electriciens sans frontières), de l’architecture (Architectes de l’urgence), du rire (Clowns sans frontières).
Face aux difficultés de populations subissant au quotidien la pénurie de moyens, la violence d’un conflit ou d’une catastrophe naturelle, l’apport d’éclairage répond à un besoin souvent exprimé par les populations. Dans les cas extrêmes, la dimension immatérielle et symbolique de la lumière au cœur de la nuit peut aussi faire sens.
L’action de concepteurs Lumière Sans Frontières s’inscrit ainsi dans l’évolution de l’humanitaire qui privilégie, plutôt que l’assistance opérationnelle, la création d’un fil d’espoir et des actions aux effets durables.

Les domaines d’intervention

Dans les situations de post urgence

Pour ceux qui ont vécu des traumatismes extrêmes, une installation d’éclairage intelligemment conçue et de façon sensible, participera à la reconstruction.

Dans le cadre du développement d’une région

Concepteur lumière sans frontières vise à développer une cohérence de projets s’élargissant à toute situation humaine et économique, ceci pour un développement durable à l’échelle de la planète. Un éclairage bien appréhendé est à même d’améliorer le quotidien et de marquer fortement les espaces de vie, comme de participer à l’élaboration d’une identité.

PROCESSUS DE CONCEPTION LUMIERE

Préalables au démarrage du projet en 4 questions

1. La demande correspond-elle aux objectifs LSF ?

Lorsqu’une demande est détectée, le porteur de projet la présente aux autres membres lors d’une réunion LSF (bimestrielle) et l’association décide collectivement de sa pertinence sur le plan éthique et de sa faisabilité technique.

2. Qui fait partie de l’équipe LSF ?

En fonction de la demande (éclairage intérieur, extérieur, solaire, recherches plus techniques, plus artistiques, connaissance de langues étrangères, etc.) l’équipe est montée. Elle comporte en moyenne 3 à 4 personnes (maximum 10 personnes).
Dans cette équipe, certains membres sont amenés à voyager sur base volontaire, d’autres pas, le projet pouvant se faire en partie en atelier de travail entre les membres.

3. Comment le projet est-il financé ?

Le porteur du projet construit alors un dossier de financement, incluant tous les frais (déplacements, défraiement) inhérents aux futures missions.
Une recherche de partenariat financier est alors entamée auprès de sponsors.
Il peut également y avoir un financement local avec des associations locales.
Normalement, tous les frais inhérents aux déplacements (avion/hôtel repas) sont à charge du partenaire local.

4. Quel cadre de collaboration avec les acteurs locaux ?

En parallèle, une convention, signée avec le partenaire local défini, doit stipuler les objectifs de la mission et le nombre de déplacements envisagés. Elle peut évidemment être amenée à évoluer au gré du dialogue continu avec le partenaire.

Comité d’Ethique et Commission de Sélection

Concepteurs lumière sans frontières intervient sous forme de conseils, médiation et de formations en réponse à des demandes précises pour la mise en lumière pérenne de sites.
Chaque demande fait l’objet d’un dossier instruit par les intéressés et rapporté par un porteur de projet membre de l’association.
Chaque membre de l’association s’acquitte d’une cotisation annuelle d’adhésion.

1. CRITÈRES D’ÉTHIQUE

Un comité d’éthique examine les demandes.

– Nous soutenons les dossiers issus d’une démarche d’intérêt général représentée par une collectivité locale ou association.
– Nous nous interdisons toute ingérence dans l’activité de l’entité qui nous sollicite, qui n’aurait de rapport avec le projet lumière.
– Nos actions ne peuvent être l’objet de tractations commerciales financières directes ou d’enrichissement personnel pour les parties concernées.
– Nous n’intervenons ni pour des intérêts privés ni à des fins commerciales quelles qu’elles soient.
– Nous nous interdisons toute action de prosélytisme. La mise en valeur, par la lumière d’un lieu de culte ne peut être envisagée que dans la mesure où il apporte un intérêt architectural et qu’il soit visible par tout public.
– Nous nous interdisons de travailler sur des projets lorsque la lumière magnifie une image symbolique propre à un ordre, un organisme ou une association qui n’aurait pas comme véritable objectif l’intérêt général dans un cadre humaniste, et ceci d’une manière manifeste.

2. CRITÈRES DE SÉLECTION

Une commission de sélection examine les demandes.

Limite d’intervention au niveau géographique
– Nous intervenons prioritairement dans les pays démunis et en difficulté où les inégalités sociales et structurelles sont fortes.
– Dans les démocraties où des inégalités sociales fortes existent, si les besoins d’aménagement lumière peuvent être mis en place par les pouvoirs publics, nous ne pouvons nous positionner par rapport aux choix des gouvernements ni nous ingérer dans ses orientations budgétaires. En revanche, nous pouvons intervenir en support et proposer d’aider les intéressés à formuler des demandes à leur administration.
– Notre intervention ne peut se faire qu’après avoir obtenu toutes les garanties sur la protection des personnes et des biens concernant le projet de mise en lumière.
– A tout moment, nous nous accordons la possibilité de nous retirer momentanément ou définitivement d’un projet, sans que l’organisme pour lequel nous travaillons puisse invoquer un quelconque préjudice moral ou prétendre à un dédommagement financier quel qu’il soit.
– Les principaux critères retenus assurent la mise en valeur des intérêts sociaux, économiques et culturels.
– Les projets doivent prendre en compte les aspects du développement durable dans le respect des traditions locales.

3. VALIDATION D’UN PROJET

La validation, le refus ou la demande de révision d’un projet sont régis selon les critères de l’association.

Entre le refus total et l’accord sans condition, nous envisageons

– l’acceptation sous réserve
– la demande de révision du projet dans sa globalité.

Tout projet fera l’objet d’un protocole d’accord définissant le cadre de la relation entre les parties, intégrant égale.

STATUTS ADMINISTRATIFS DE CLSF

L’association se compose de :

– Membres d’honneur
– Membres bienfaiteurs
– Membres actifs ou adhérents
– Membres institutionnels

LES MEMBRES

– Sont membres d’honneur, ceux qui ont rendu des services signalés à l’association. Ils sont dispensés de cotisations.

– Sont membres bienfaiteurs, les personnes qui versent un droit d’entrée de 10 euros et une cotisation annuelle fixée chaque année par le conseil d’administration. Peut devenir membre bienfaiteur toute personne physique ou morale souhaitant soutenir les activités de l’association.
Les membres bienfaiteurs n’ont pas le droit de vote.

– Sont membres actifs ou adhérents, ceux ont pris l’engagement de verser une cotisation annuelle fixée par le conseil d’administration.
Peut devenir membre actif ou adhérent, toute personne physique souhaitant participer aux activités de l’association.
Les membres actifs ou adhérents disposent du droit de vote.

– Sont membres institutionnels toutes personnes morales (institution publique ou privée, association) dont les activités sont en lien direct ou indirect avec les champs d’action de l’association. Le montant de la cotisation annuelle sera fixé au cas par cas par le conseil d’administration.
Les membres institutionnels n’ont pas le droit de vote.

Les membres actifs s’engagent à titre personnel à souscrire aux idéaux, buts, codes d’éthique et intentions de l’association. Ils ne peuvent se prévaloir de représenter une entreprise ou une institution publique ou privée.